CROCODILES

[ CENDRE CHASSANNE ET CAROLE GUITTAT ]
Jeune Public
Date(s) :  du 1 février 2020 au 11 février 2020
Horaire(s) :  samedi 18h, dimanche 17h / relâche en semaine sauf deux dates (vacances scolaires) : lundi 10 et mardi 11 février 15h (salle Maria Casarès)
Adaptation, mise en scène : Cendre Chassanne, Carole Guittat
Avec : Rémi Fortin ou Zacharie Laurent
D’après le livre de : Fabio Geda
Images : Mat Jacob/Tendance floue
Montage : José Chidlovsky
Création lumière et régie générale : Sébastien Choriol
Création son et régie lumière, son, vidéo : Edouard Alanio
Construction du dispositif scénique : Sébastien Choriol, Edouard Alanio, J-B. Gillet
Production : Compagnie Barbès 35 Coproduction Théâtre d’Auxerre - scène conventionnée, La Cité de la Voix - Vézelay, Théâtre Dunois - Paris
Aide à la création : DRAC Bourgogne Franche-Comté, Conseil Régional de Bourgogne Franche-Comté, Conseil départemental de l’Yonne
Soutien : La Minoterie - création jeune public et éducation artistique – Dijon, Nouveau théâtre de Montreuil – CDN, Maison des métallos - Paris, Bourgogne Active
Durée :  55 min
Public :  Tout Public

La longue odyssée solitaire d’un enfant parti de son petit village d’Afghanistan pour trouver une vie meilleure. Un récit de vie et un conte citoyen.

Un jeune homme, Enaiat, se souvient avec nous de son histoire. Une odyssée terrible guidée par l’espoir qui commence dans les montagnes d’Afghanistan où sévissent la guerre, la dictature des talibans et les persécutions. À dix ans à peine, il s’enfuit grâce à sa mère. Seul, il entreprend un immense voyage qui lui fera traverser six pays du Moyen-Orient et d’Europe. Rémi Fortin, acteur que l’on a pu voir dans Western et Shock Corridor, comédien associé au Nouveau théâtre de Montreuil, incarne avec finesse cet enfant plus malin que le destin. À partir du récit délesté de sentimentalisme et de pathos d’Enaiatollah Akbari (publié sous le titre Dans la mer il y a des crocodiles), la Compagnie Barbès 35 nous met à hauteur d’enfant pour dire l’urgence d’accueillir l’étranger, d’offrir l’hospitalité à ceux qui se battent pour vivre, malgré les « trafiquants d’hommes » et tous les autres « crocodiles ».