RIEN NE SE PASSE JAMAIS COMME PRÉVU

[ Lucie Berelowitsch ]
Création
Date(s) :  du 2 mars 2019 au 26 mars 2019
Conte musical contemporain, librement inspiré du conte russe : L’Oiseau de feu
Mise en scène : Lucie Berelowitsch
Texte : Kevin Keiss
Avec : Avec Jean-Louis Coulloc’h, Camélia Jordana, Marina Keltchewsky, Grégoire Léauté, Nino Rocher, Niels Schneider, Jenna Thiam
Durée :  1h30

Tournée 2019

2 mars Le Préau CDN Normandie-Vire

5 mars L’Éclat Pont-Audemer

8 mars L’Arsenal Val de Reuil

12 mars Théâtre de Choisy le Roi – scène conventionnée pour la diversité linguistique

15 mars Le Rayon Vert Saint-Valéry-en-Caux

19, 20 et 21 mars Théâtre des Salins – scène nationale de Martigues

26 mars Dieppe Scène Nationale

15 au 27 octobre Théâtre des Bouffes du Nord, Paris


J’ai rencontré Niels Schneider et Camélia Jordana autour d’une lecture musicale de Jules et Jim. Ce travail a créé chez nous trois une envie profonde de se retrouver autour d’un nouveau projet, et Rien ne se passe jamais comme prévu nous est apparu comme une évidence.

Niels a cette capacité de naïveté et de maturité, ainsi qu’une beauté intemporelle comme celle d’un héros de conte. Il peut sur scène avoir tour à tour 15 ou 30 ans, permettant cette ambiguïté autour de l’âge de son personnage. Camélia sera présente sur scène comme comédienne et musicienne. Elle a une énergie terrienne, un peu sauvage, du mystère et de l’humour. Elle

interprètera une fille de la forêt/louve, vivant en marge des hommes depuis longtemps.

Avec elle, nous travaillerons sur des chansons originales, pop-rock, inspirées des thèmes de Stravinsky. Ce dernier utilise des chansons populaires et folkloriques russes pour composer sa musique, nous souhaitons la notre populaire et contemporaine, mais avec des influences de racines archaïques, folkloriques. Autour d’eux, une équipe de quatre autres comédiens, qui représentent la famille par laquelle toute l’histoire commence. Nino Rocher et Jenna Thiam, frère et soeur, Marina Keltchewsky et Jean-Louis Coulloch, les parents. Ces derniers chanteront des choeurs, des bourdons, des secondes voix, pouvant représenter la fratrie, créer des seconds plans. Pour ces chants, nous nous inspirons de chansons folkloriques russes, en lien avec Marina Keltchewsky, comédienne et chanteuse.

La création sonore de Sylvain Jacques, musique concrète en multi-diffusion, accompagnée de Grégoire Léauté à la guitare électrique, permettra un lien entre moments chantés et joués, ainsi qu’un travail du son en direct.

Cette adaptation est le fruit d’une collaboration étroite entre moi-même, l’auteur Kevin Keiss et l’ensemble de l’équipe artistique au plateau. De la même façon que Stravinsky s’est inspiré de plusieurs contes pour écrire sa musique, nous nous sommes inspirés de plusieurs sources : des contes russes, La Reine des neiges d’Andersen, L’Oiseau bleu et Pelleas et Mélisande de

Maeterlinck, La Puie d’été de M. Duras, Les Oiseaux de T. Vesaas, Dans la forêt de J. Hegland… Par ailleurs, j’ai cherché à créer avec l’équipe une synergie de groupe permettant à toutes les énergies de se répondre et d’interagir, d’investir chacun personnellement le projet.

Acteurs, auteur, musique, scénographie, chorégraphie, lumières, et direction de la mise en scène se rejoignent pour questionner ensemble la juste distance avec le conte et répondre le plus

justement possible à la question de qu’est-ce que monter aujourd’hui un conte contemporain musical pour adultes et enfants. Ainsi le projet d’écriture se construit en plusieurs étapes. Kevin Keiss écrit de son côté puis confronte son écriture au plateau au travers des lectures,

improvisations et propositions de l’équipe artistique. Il réécrit à l’issue puis confronte à nouveau. Ces allers retours permettent un travail véritablement collectif. S’élabore ainsi progressivement un conte original qui émane de chaque membre de l’équipe, dont l’écriture est volontairement immergée dans le présent grâce à ce processus.

Lucie Berelowitsch

Images non-libres de droits en presse papier nationale