Les Couleurs de l’air

[ Igor Mendjisky ]
Création 2021
Date(s) :  du 5 janvier 2022 au 9 janvier 2022
Horaire(s) :  mercredi 5 à 19h30, jeudi 6 à 19h30, vendredi 7 à 20h00, samedi 8 à 15h00, dimanche 9 à 15h00,
Texte et mise en scène : Igor Mendjisky
Dramaturgie : Charlotte Farcet
Avec : Raphaèle Bouchard (en alternance avec Alexandrine Serre), Pierre Hiessler, Igor Mendjisky, Hortense Monsaingeon, Thibault Perrenoud (en alternance avec Léo-Antonin Lutinier), Juliette Poissonier, Esther Van de Driessche, Jean-Paul Wenzel, Yuriy Zavalnyouk
Lumière : Stéphane Deschamps
Musique : Raphaël Charpentier
Costumes : May Katrem, Sandrine Gimenez
Vidéo, son : Yannick Donet
Scénographie : Claire Massard, Igor Mendjisky
Assistanat à la mise en scène : Arthur Guillot
Construction des décors : Jean Luc Malavasi

« Ce matin-là mon père est mort. Son cœur, pour différentes raisons n’a plus assuré l’éjection du sang dans son organisme et dans son cerveau. Il s’est arrêté de battre. Cela fait plusieurs années que j’attendais cet appel et que j’en avais peur ; peur de la vérité implacable, peur d’être orphelin, peur d’embarquer vers un nouveau continent.

J’ai toujours su que les affaires de mon père n’étaient pas claires. Enfant, j’ai toujours trouvé cela étrange de savoir qu’il fallait dire au téléphone à certaines personnes que mon père n’était pas là, c’était presque devenu un jeu. Un jeu auquel ma sœur jumelle et moi nous nous adonnions ; nous savions que quand cette personne ou cette autre appelait, il fallait dire « Il n’est pas là ».

Les heures qui ont suivi sa mort ont été d’un tout autre acabit puisqu’elles ont ouvert pour moi la porte d’un monde que je soupçonnais mais sur lequel je n’avais jamais posé de mots ni de chiffres. Face aux avocats et au notaire, j’ai découvert concrètement qu’en plus d’être artiste peintre, mon père était un escroc, un très grand escroc, un de ceux qui manipule, qui charme, qui ment et qui soutire de très grosses sommes d’argent. Le continent sur lequel j’ai accosté était un mensonge sidérant, un feu d’artifice de mensonges, un feu d’artifice qui d’heure en heure, de jour en jour grandissait et me plongeait dans des ténèbres prodigieusement ahurissantes et abyssales. »

Igor Mendjisky