LE THÉÂTRE ET SON DOUBLE

[ GWENAËL MORIN ]
Date(s) :  du 10 mars 2020 au 28 mars 2020
Horaire(s) :  À venir
Conception et mise en scène : Gwenaël Morin
Texte : Antonin Artaud
Scénographie : Philippe Quesne
Distribution : En cours

Gwenaël Morin aime se lancer des paris ambitieux. Avec cette nouvelle création, ce n’est pas seulement un spectacle mais tout un programme qu’il met en scène. Ce programme lui a été soufflé par Antonin Artaud qui, dans Le Théâtre et son double, insiste sur le fait qu’«il faut en finir avec la poésie écrite». Tout comme il faut en finir avec les chefs-d’œuvre dont le défaut est d’être «littéraires, c’est-à-dire fixés». Partant de là, c’est un vaste chantier auquel s’attaque Gwenaël Morin. Chantier dont l’objet est de renouer avec un sentiment d’urgence pour restituer au théâtre sa puissance d’actualisation. Autrement dit, ce qui en fait un art du présent, même si les textes choisis appartiennent au passé.

Quelle relation entre une œuvre de l’époque de Shakespeare « entièrement conforme à l’état de trouble actuel des esprits » ; la poésie de Léon-Paul Fargue ; les fascinantes et infinies extrapolations du Zohar ; les crimes en série qui influencèrent Perrault pour Barbe bleue ; les récits de la prise de Jérusalem inspirés par la Bible ; l’inceste tel qu’évoqué dans Eugénie de Franval du marquis de Sade; les excès et l’invraisemblance souvent grotesques du mélodrame romantique et, enfin, des pièces du répertoire élisabéthain «dépouillées de leur texte et dont on ne gardera que l’accoutrement d’époque, les situations, les personnages et l’action» ?

Ces neuf propositions de théâtre correspondent à la liste établie par Artaud dans Le Théâtre et son double. Liste que Gwenaël Morin met aujourd’hui en œuvre, prenant, en quelque sorte, au pied de la lettre la suggestion du poète.