LA VIE EST UNE FÊTE

[ LES CHIENS DE NAVARRE — JEAN-CHRISTOPHE MEURISSE ]
Création
Date(s) :  du 20 juin 2022 au 30 juin 2022
Horaire(s) :  Du lundi au vendredi à 20h
le samedi à 19h
Mise en scène : Jean-Christophe Meurisse
Collaboration artistique : Amélie Philippe
Jeu : Delphine Baril, Lula Hugot, Charlotte Laemmel, Anthony Paliotti, Gaëtan Peau, Ivandros Serodios, Fred Tousch
Régie générale, décors et construction : François Gauthier-Lafaye
Création et régie lumière : Stéphane Lebaleur
Création et régie son : Pierre Routin
Régie plateau : Nicolas Guellier
Costumes et régie plateau : Sophie Rossignol
Direction de production : Antoine Blesson
Administration de production : Jason Abajo
Chargée d’administration, de production et de communication : Flore Chapuis
Durée :   1h45 environ

C’est désormais en fidèles que Jean-Christophe Meurisse, sa complice artistique Amélie Philippe et les joyeux drilles des Chiens de Navarre viennent créer aux Nuits. La première fois, c’était pour malaxer le thème de l’identité nationale. Jusque dans vos bras s’offrait à bras grands ouverts, les lumières de la ville au lointain, aux spectateurs du petit Odéon. La dernière fois, c’était au Radiant-Bellevue, Tout le monde ne peut pas être orphelin nous plongeait en immersion bifrontale au cœur d’une tragédie familiale ordinaire le temps d’un traditionnel repas de Noël. Avec La vie est une fête, nous voici aux urgences psychiatriques, l’un des rares endroits à recevoir quiconque à toute heure sans exception d’âge, de sexe, de nationalité, avec pour trame de fond la porosité des êtres aux violences, aux incohérences politiques et sociales, aux transformations brutales de notre civilisation. Pouvons-nous tous devenir fous ? Qu’est-ce qui nous empêche de passer à l’acte ? Rien n’est plus humain que la folie. II y a toujours eu, chez Meurisse, la fragilité des êtres en toile de fond mariée à l’humour féroce. Il y a toujours, chez lui, cette manière de traquer l’humain. Certes, nous souffrons à cause de papa et maman, dit-il, mais nous souffrons aussi à cause de l’état du monde. Et la folie ne serait-elle pas l’ultime chemin pour réinventer l’amour, pour réinventer la vie, pour réinventer la beauté ?

Au Théâtre La Renaissance, 69600 Oullins dans le cadre des Nuits de Fourvière

 

Images non-libres de droits en presse papier nationale