DÉSORDRE DU DISCOURS

[ FANNY DE CHAILLÉ / ASSOCIATION DISPLAY ]
Date(s) :  du 12 mars 2019 au 14 mars 2019
Horaire(s) :  À l’Espace Malraux, Scène Nationale de Chambéry et de la Savoie Le 12.03, 20h00, Amphi rue Marcoz Le 13.03, 20h00, Amphi Nivolet site de Technolac Le 14.03, 20h00, Amphi 11 000 site de Jacob Bellecombette
Conception : Fanny de Chaillé
Interprétation : Guillaume Bailliart
Régie : Manuel Coursin, Willy Cessa
Production / diffusion : Isabelle Ellul

Projet pour les amphithéâtres d’universités.

L’ordre du discours est la leçon inaugurale que Michel Foucault a prononcé au Collège de France le 2 décembre 1970, elle est publiée chez Gallimard dans la collection blanche. Nous n’avons aucune trace sonore ou filmée de cette leçon, simplement un texte publié. Je veux me servir du théâtre pour revenir de ce vide, de cette absence de trace.
Partir de  L’ordre du discours et redonner du corps à ce texte. Comment donner corps à cette pensée, l’incarner ? Parce que penser c’est bouger, comment ça bouge quand ça pense ?
Travailler sur  L’ordre de discours, traiter ce texte comme une archive et on sait à quel point celle-ci est importante dans l’oeuvre de Foucault. S’en servir comme appui pour interroger la langue, la forme du discours, son auteur.

Je veux me servir de ce texte comme base pour faire une forme performative. M’en servir comme d’une partition, comme une trame pour fabriquer du théâtre.
Car aujourd’hui je ne peux faire de L’ordre du discours  qu’une expérience subjective, un fait de pure monstration, un désordre.
Restituer la parole à la voix, la voix au corps, le corps aux gestes, ou aux muscles, au squelette même.
Il n’y aura pas de décor à proprement parlé, pas d’accessoires, la scène, l’amphithéâtre d’université ici, permettra une communication spatiale directe avec la salle. Nous substituerons à la structure théâtre habituelle : des gestes et des paroles réels dans un décor fictif, une structure inverse : dans un espace impitoyablement réel, l’amphithéâtre de faculté, des gestes, des mouvements qui parlent une langue fictive.
Faire du théâtre pour mettre en danger la langue par la parole.

Fanny de Chaillé