AINSI LA BAGARRE

[ Lionel Dray / Clémence Jeanguillaume ]
Date(s) :  du 8 novembre 2021 au 10 novembre 2021
Horaire(s) :  Lundi 8 et mercredi 10 novembre à 20h
Mardi 9 novembre à 19h
Une création de et avec : Lionel Dray, Clémence Jeanguillaume
Création musicale : Clémence Jeanguillaume
Scénographie : Jean-Baptiste Bellon
Vidéo : Sarah Jacquemot-Fiumani
Lumière : Gaëtan Veber
Masques : Loïc Nebreda
Durée :  1h10

Avec Ainsi la bagarre, Lionel Dray confirme son attrait pour les situations énigmatiques, les personnages loufoques et pour la poésie qui en découle. Cette fois, il s’associe à la musicienne Clémence Jeanguillaume pour un spectacle masqué inspiré de Kafka.
Après Les Dimanches de Monsieur Dézert, Lionel Dray remonte sur scène pour une nouvelle variation autour du motif de l’énigme, à partir de l’univers singulier de Kafka et de trois de ses courts textes – Devant la Loi, Le Messager impérial et Le Terrier. « Il est parfaitement concevable, disait Franz Kafka, que la splendeur de la vie se tienne prête à côté de chaque être et toujours dans sa plénitude, mais qu’elle soit voilée, enfouie dans les profondeurs, invisible, lointaine. Elle est pourtant là, ni hostile, ni malveillante, ni sourde ; qu’on l’invoque par son nom propre, le mot juste et elle vient. C’est là l’essence de la magie qui ne crée pas mais invoque ». Cette merveilleuse citation de l’écrivain pragois, mentionnée en préambule de la création, vaut à elle seule programme. Aux côtés de Lionel Dray, à la conception et sur le plateau, la musicienne Clémence Jeanguillaume a élaboré une composition mariant synthétiseurs et thérémine (un des plus anciens instruments de musique éléctronique), intégrés à la scénographie en une impressionnante machinerie musicale souvent menaçante. Dans ce spectacle musical, il sera question à la fois de l’histoire de la piraterie, d’un contrat d’assurance, de narcolepsie, de la Symphonie n°8 de Chostakovitch, d’un requin volant et aussi de l’anthropologue Pierre Clastre… Ne doutons pas que ce menu hétéroclite saura nourrir le jeu transformiste et clownesque d’un Lionel Dray au sommet de son art !