Nouvelle Scène Nationale de Cergy-Pontoise

[ DIRECTION : Fériel Bakouri ]

Le projet artistique singulier porté par Fériel Bakouri, directrice depuis aout 2017, est inspiré par le vaste territoire de la Scène nationale, dans toutes ses particularités urbanistiques, géographiques et sociales. Il vient sceller le rassemblement de deux structures historiques, L’apostrophe scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise et du Théâtre 95 scène conventionnée aux écritures contemporaines, dans un esprit de service public, pour toutes les populations. Ce nouveau projet affirme la conviction que la scène artistique est un activateur de rencontres au coeur de la cité, un lieu de vie ouvert qui déborde du théâtre, hospitalier, pour investir d’autres modes relationnels, un espace des possibles.

Ce projet, dont l’enjeu majeur est de rassembler autour de l’acte artistique, est le socle fondateur d’une nouvelle dimension de la Scène nationale : celle d’un grand pôle de création dans le Nord-Ouest francilien. Plusieurs créations verront le jour par saison, avec des résidences, infiltrant le territoire, impliquant les habitants, contaminant l’espace public. Le projet porté entend faire disparaître les frontières entre l’espace du théâtre et l’espace public, en incluant le public comme une composante essentielle, vivante, de la représentation. Les habitants de tous horizons, de toutes les générations seront régulièrement invités tout au long de la saison, à se raconter, à participer activement aux processus de création.

La Nouvelle scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise nous emmène vers une nouvelle trajectoire, sur les sentiers de la découverte et du sens, à travers des histoires partagées, pour un avenir commun. Elle tentera de donner corps aux « lieux infinis » dont parle le géographe Luc Gwiazdzinski, ceux qui suscitent de possibles émergences, se réinventent en permanence par la constante collaboration de la communauté : « il existerait des lieux infinis, espaces pour accueillir l’imprévu (…), intégrer des usages non programmés, miser sur l’énergie collective, désirer la mise en commun ».

Une manière d’inventer ensemble la Nouvelle scène nationale.