Comédie de Reims - CDN

Comédie de Reims: 3 chaussée boquaine
L'Atelier: 13 rue du moulin brûlé
51100 Reims
Réservation: 03 26 48 49 00
Administration: 03 26 48 49 10

Site Web
Contacts MYRA
Rémi Fort
Camille Protat
myra@myra.fr
01 40 33 79 13
En savoir plus

Les Bacchantes

Ferdinand Barbet

Création
  • Date(s) Du 11 Jan 2018 au 20 Jan 2018
  • Horaire(s) mercredi et jeudi à 19h30, mardi et vendredi à 20h30, samedi à 18h30 relâches dimanche 14 et lundi 15 janvier
  • d'après

    Euripide

  • mise en scène

    Ferdinand Barbet

  • avec

    Salim-Eric Abdeljalil, Pauline Alcaïde, Louise Dupuis, Benjamin Dussud, Lucas Gentil, Eloïse Hallauer, Lucile Oza, Hugo Sempe, Camille Soulerin

  • Durée 1h30
  • Tarif de 5 à 22€
lesbacchantes.jpg

Dionysos revient à Thèbes, sa ville natale, et réclame que son origine divine soit reconnue et son culte respecté. Mais la ville lui ferme ses portes et provoque sa terrible vengeance ! Le Collectif 17, jeunes artistes associés à la Comédie, nous parlent de notre capacité à accueillir l’autre et des ravages qu’entraîne son exclusion.
Fils de Zeus et d’une mortelle, Sémélé, Dionysos arrive de l’étranger à Thèbes, sa ville natale. Accompagné de ses converties, les bacchantes, il réclame que son origine divine soit reconnue et son culte respecté. La ville refuse. Thèbes ferme ses portes à l’intrus. La terrible vengeance de Dionysos s’exerce contre la ville et la famille qui le renient. Cette pièce singulière et terrifiante, à l’image de son héros, a donné lieu à de nombreuses interprétations. Ferdinand Barbet, nouveau metteur en scène associé à la Comédie de Reims, prend la pièce d’Euripide comme point de départ d’une méditation sur notre capacité à accueillir l’autre et les ravages qu’entraîne son exclusion. Les Bacchantes devient ainsi le premier spectacle d’un diptyque, il sera suivi en avril de Narcisse, un texte écrit par le metteur en scène ; un grand écart entre les formes d’écriture théâtrales vieilles de 2500 ans et les codes de représentation contemporains. Accompagné d’une troupe artistique survitaminée et du groupe de musique Potochkine, il se joue des renversements d’âge et de sexe, et donne ainsi substance et forme à ce débordement... dionysiaque.